INFOS
Radio Mille Pattes célèbre : 20 ans sur la FM !
Reggae Sundance 2016
Jeu Concours : Rototom 2016
Rototom 2016
Les photos de l’été 2016 (Rototom etc..) + fly
Le festival Zion Garden #6 sur Radio Mille Pattes !

Retrouvez notre équipe en direct de Bagnols/Cèze sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Radio Mille Pattes au Dub Camp Festival !

Radio Mille Pattes vous propose une retransmission des live du festival !

Playlist nouveautés à découvrir sur Radio Mille Pattes !

Découvrez les dernières nouveautés sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Le Festival Zion d’Hiver #5 sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Retrouvez la diffusion des concert du Zion d’Hiver#5 le 4 et 5 mars 2016 en direct sur nos ones !

Report RMP : Pierpoljak au Divan du Monde

0 | 10

Report RMP : Anthony B a la Maroquinerie

À l’occasion de l’année de ses 20 ans de carrière sur la scène internationale, Cartel Concerts nous a offert un magnifique cadeau : la venue pour une date unique d’une des voix les plus retentissantes de l’ile de la Jamaïque accompagnée de son BornFire Band, Anthony B. Pour se faire, c’est dans un lieu un peu inhabituel mais non moins plaisant que nous nous sommes rendus rue Boyer à la Maroquinerie. Il a fait chaud ce vendredi 15 mai dernier, très chaud.

Il y a des artistes que nous pouvons qualifier de valeurs sures et je pense qu’ Anthony B fait partie de cette liste. Il nous a encore prouvé qu’il est possible de faire de la musique et de rester au top niveau sur la durée. Le bobo rasta est venu nous délivrer ces messages de paix et d’amour qu’il affectionne tant. Une fois de plus, c’est Reeko du Soul Stereo Sound System qui a assuré d’une main de maitre le warm up de la soirée. Nous avons même eu le droit de recevoir deux artistes jamaïcains en première partie du show. Ils ont interprété 3-4 morceaux chacun afin de chauffer une foule déjà bien conquise par l’événement.

Peu d’artistes main stage invitent d’autres chanteurs à venir faire leur première partie. Est-ce un luxe, de la charité ou juste le plaisir de partager ? On remarque également qu’il y a quand même une classe d’écart entre les invités du roi et le roi tant au niveau technique que vocal. Néanmoins il n’est jamais facile de se présenter sur scène en pur inconnu surtout devant le public parisien qui pour moi est un des publics les plus froids et difficiles à convaincre en Europe. Anyway, ils ont fait le boulot et mieux encore.
C’était un accueil des grands soirs que le rasta a reçu. Une salle comble et une ambiance festive ont suffi à ce que le concert se déroule de la meilleure des manières : avec du fun.

Il n’y a pas eu de réels surprises dans le track set de l’artiste. Le morceau pour s’introniser est un titre doux, calme, connu de tous, le célèbre "Redemption song".
Comme lors de ses derniers show auquel nous avons pu assisté, il enchaine avec l’un de ses titres phares et nous met direct dans l’ambiance avec "Higha Medidation" qui assure un départ canon a sa prestation, gros bordel instantané assuré dans le public !

On a quand même apprécié entendre sonner les titres comme "Freedom Fighters aka Run for cover" sur lequel on sent toute l’énergie et la fougue du chanteur, "World a Reggae Music" qui rassemble et soulèvent les cœurs dans l’unité en rendant hommage aux grands noms du reggae, "Good vibes" un classique pour célébrer et faire la fête comme dans nos meilleures soirées à l’ancienne ou "Wip Dem Jah" titre dans lequel « il fait le ménage » des badminds.


Anthony B après toute ces années sur scène a su renouveler son show. C’est-à-dire, il a gardé quelques titres phares de sa carrière qu’il ne peut évidemment pas se permettre de ne pas jouer mais il a aussi réussi à amener du neuf en introduisant des chansons comme "Imagine". C’est la reprise du morceau de John Lennon mais en version reggae dans laquelle il interpelle la jeune génération et fustige la société d’aujourd’hui (« Imagine there’s no Facebook, no IPhone »). Il a amené aussi du renouveau en choisissant volontairement de donner une autre orientation musicale à ses chansons comme le titre "My Yes & My No", une jolie chanson d’amour ou encore "Love Yourself" qu’il définit comme un titre « bizarre » mais qu’il tient à mettre en avant pour son message d’amour. Il faut d’abord s’aimer et se respecter soi-même avant de pouvoir aimer et respecter autrui.



Puis s’enchaine quelques titres, d’abords dancehall avec le "Real Warrriors", pour revenir très rapidement et sans transition en mode nu-roots, avec "Dont Worry", "God above Everything", ou encore "Cant stop the music". Pour finir, avant le rappel, il nous joue son classique & mythique "Raid di barn" qui vient conclure le show, enfin presque ...



Pour le final il ne pouvait pas partir sans interpréter la chanson pour laquelle la salle s’est littéralement embrasé. Je parle bien sûr de Police. C’est d’ailleurs seulement à partir de ce moment-là que je l’ai vu sourire ! Un très bon moment. Avant de définitivement partir, il a insisté pour chanter un dernier morceau accompagné de ses deux invités du soir qui ont assuré la première partie pour chanter, et quelque part, boucler la boucle, en finissant comme il avait commencé son show avec un titre de Bob Marley, "One Love" .
Toute la salle était je pense d’accord avec moi pour dire que nous avons eu le droit à un show très correct, dynamique et très efficace qui nous a laissé en sueur et rempli de beaux souvenirs.



Radio soutenue par la ville de saulx les chartreux le conseil general de l'essonne
© copyright L@SSOCIATION 2000 - 2017