INFOS
Radio Mille Pattes célèbre : 20 ans sur la FM !
Reggae Sundance 2016
Jeu Concours : Rototom 2016
Rototom 2016
Les photos de l’été 2016 (Rototom etc..) + fly
Le festival Zion Garden #6 sur Radio Mille Pattes !

Retrouvez notre équipe en direct de Bagnols/Cèze sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Radio Mille Pattes au Dub Camp Festival !

Radio Mille Pattes vous propose une retransmission des live du festival !

Playlist nouveautés à découvrir sur Radio Mille Pattes !

Découvrez les dernières nouveautés sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Le Festival Zion d’Hiver #5 sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Retrouvez la diffusion des concert du Zion d’Hiver#5 le 4 et 5 mars 2016 en direct sur nos ones !

Report RMP : Anthony B a la Maroquinerie

0 | 10

Report RMP : Pierpoljak au Divan du Monde

Il est un artiste que personnellement je qualifie « d’ovni » dans le paysage du reggae français. C’est un personnage atypique et non moins connu que nous avons eu le plaisir de rencontrer dans nos locaux de RMP : Pierpoljak. La nouvelle comme l’ancienne génération d’amateurs de reggae a forcément entendu parler de cet homme la. L’invitation était donnée au Divan du monde ce vendredi soir dernier pour le retour du General Indigo.
Nous l’avions reçu la veille de son concert parisien dans l’émission Listen My Soul (tous les jeudis 20h-22h, podcast disponible en cliquant ici ) à l’occasion de la sortie de son nouvel album General Indigo. C’est un homme détendu et simple qui s’est présenté à nous et qui nous a gentillement invité à venir partager son retour sur scène dans la capitale.
Il fallait venir tôt pour apprécier ce show dans son intégralité. La première partie a apparemment fait un gros boulot puisqu’à la fin du concert j’entendais des personnes qui en parlait encore. Il s’agit d’un artiste se nommant Williams Brutus qu’on aura peut-être l’occasion de recevoir à RMP dans les mois à venir.




Accompagné du Honorable Band, PK n’a pas eu besoin de forcer pour conquérir le cœur de la salle. En effet nous étions tous fan et nous l’avons montrer. Je dirais que la majorité de la salle était composée de jeunes trentenaires (sinon plus) avec la réelle intention de renouer avec leur jeunesse et qui de mieux que Pierpoljak pour nous aider à le faire ? J’ai entendu Francky (Party Time) l’annoncer avant qu’il monte sur scène en le nommant Peter Pan et c’est vrai que l’artiste n’a rien perdu de sa fraicheur. Introduit par un backing band d’exception il a pu nous donner le meilleur de lui-même. C’est un chanteur en très grande forme qui s’est présenté devant nous. En même temps cette date parisienne il l’attendait de pieds ferme. Déjà la veille quand il nous en parlait, il savait déjà que l’ambiance allait être chaude aux vus du nombre de billets déjà vendus et il ne s’était pas trompé.


N’oublions pas que PK est l’artiste aux dix albums ! Alors oui, ils n’ont pas tous été aussi populaire que « Kingston Karma » mais ils n’empêchent qu’ils sont bel et bien là. C’est fort de toute cette expérience et de cette discographie bien fournie qu’il a pu nous interpréter des morceaux comme « je descends le bar » avec lequel il entre sur scène. L’ambiance est juste magique. Toute la salle vient de perdre 15 ans, nous avons fait un bon dans le temps dans la machine du Divan du monde. Plus personne n’est statique, tout le monde chante haut et fort ces paroles qui ont bercé et accompagné notre jeunesse. Et que dire alors lorsqu’il lance le titre « Police » ? C’est tout un tas de souvenirs qui reviennent dans la tête et la on se dit que la musique a un grand pouvoir sur nous. Je tiens à revenir sur l’énorme prestation du Honorable band. Composé de pointures comme le duo TnT c’est aussi grâce à eux que nous pouvons apprécier le retour aux affaires du grand PK. C’est propre, c’est juste et c’est surtout très puissant : tout ce qu’on aime. Il y a aussi la touche glamour de cette belle équipe. Deux choristes soutiennent vocalement le général et à chacune de leurs interventions elles redonnent clairement du corps aux chansons jouées (Big up, Cless Shine, une des deux choristes que nous avons aussi eu le plaisir de recevoir à RMP.




Nous avons eu le droit à un show très préparé et très bien travaillé dans lequel on a pu retrouver et découvrir des titres comme « Dépareillé » chanté à l’unissons par toute l’assistance, extrait de l’album « Je fais ce que je veux » ou « Une épée suspendue » titre beaucoup plus récent mais non moins connus puisque disponible sur son dernier album. On a tout eu dans ce concert et même un grand moment d’émotion lorsque sonne les premières notes et accords de la chanson « Maman » puis quand il interprète le titre « A l’intérieur »… Je n’ai plus de mots. Le morceau commence sur un air de de nyabinghi pour être joué de façon roots pour au final se terminer en mode kompa. C’est pour ce genre de moment que j’aime profiter de l’ambiance d’un concert. On perd forcement toute objectivité lorsqu’on est en plus fan de l’artiste mais ce n’est pas grave, ceux qui lisent cet article sont je pense aussi des supporters du chanteurs qui ne sait ni jouer ni danser sur du reggae mais qui le fait mieux que tous les autres.
Les musiciens sont au top. C’est la crème du reggae français, nous pouvons difficilement faire mieux. On voit qu’il aime la scène. Il nous confiait lors de son interview dans son passage dans nos locaux qu’il a toujours fait des albums pour justement ne jamais quitter la scène. Il adore ça et ça se voit. Il prend le temps de danser pendant les solos mélancoliques de son guitariste ou de son clavier. Il prend vraiment son pied. Et quand ses choristes s’y mettent aussi et rentrent dans le jeu la fête est complète. C’est alors qu’il lance le morceaux enregistré pour la Génération H, puis son hit « Rub a dub » qui pour moi a eu moins de forward que je ne l’attendais, c’est d’ailleurs sur ce titre qu’il décide de quitter la scène.


Mais il ne pouvait pas nous quitter de cette manière et surtout sans dire au revoir. De toute façon ce n’est pas le style de la maison. Il est évidement revenu pour chanter ses deux classiques hits tunes « Je sais pas jouer » et « Pierpoljak ». Quel plaisir !


Finalement la boucle est bouclée et le général vient encore d’accomplir une mission rudement bien menée. On lui souhaite encore un longue route et qu’il puisse encore guider les jeunes et moins jeunes fans sur la route du reggae. Le concert n’a pas duré très longtemps mais nous avons eu le droit un a un excellent condensé du meilleur de Pierpoljak.

Guitare & bass : TnT
Batterie : Edwin
Clavier : Rudy Bennett



Radio soutenue par la ville de saulx les chartreux le conseil general de l'essonne
© copyright L@SSOCIATION 2000 - 2017